Voici le compte rendu de la régate vécue depuis "Le Canote"

Nous remercions au passage Michèle LANDRY qui en est l'auteure.

"Allez, c’est décidé, les vieux croisiéristes que nous sommes se changent en jeunes régatiers. Licences, contrat de jauge, les numéros à peine secs sur la grand voile, et nous nous inscrivons à la régate une femme / un homme. Briefing : des instructions nous serons données par VHF, mais déjà nous apprenons par coeur le parcours et l’heure de départ, 11 heures.

La pétole prévue est remplacée par une petite brise qui nous pousse gentiment et nous rafraîchit, car nous n’avons pas non plus les petites pluies annoncées. Mais pas le temps de s’attarder sur la contemplation du ciel, restons concentrés sur la régate.
Pour arriver droit et juste à l’heure sur la ligne de départ, nous choquons les voiles. C’est sûr, nous sommes bien placés, contrairement à beaucoup d’autres qui tournent devant la ligne. Annonce par VHF d’un pavillon orange : c’est quoi? Nos voisins nous renseignent: départ dans 5 minutes. Mais il sera plus de 11 heures, le bateau comité a dû mal régler sa montre. Nous freinons encore un peu. Puis coup de trompe et nouvelle annonce VHF : départ dans 5 minutes. Encore! Décidément, il doit y avoir 2 montres sur le bateau comité, mais pas mieux réglée l’une que l’autre! Enfin ils semblent se mettre d’accord et égrènent les minutes restantes d’une seule voix. Mais à nous de tourner avant de passer la ligne, puis de retourner car ça ne passe pas. Encore un coup de trompe qui nous fait lever les yeux juste avant de franchir la ligne : tous les autres bateaux sont loin, et semblent déjà dessiner 2 options possibles. Ils ont probablement sonné notre disqualification, mais tant pis maintenant qu’on est là, nous allons les suivre et essayer de "gratter" les plus proches.
Le canote porte fièrement son grand gennaker rouge et se dirige vers le gros de la troupe. Nous en doublons un, passons la 1ère bouée. Où est la suivante? Elle doit être au milieu du tas de bateaux qu’on aperçoit au loin, c’est l’avantage d’être derrière, on cherche moins sa route. Mais nous passons encore devant un puis un autre, repassons une bouée. Le dernier bord se fait au coude à coude avec Tilapia dont le spi aura finalement raison de notre gennaker par vent arrière.
La plupart des autres bateaux sont déjà dans le chenal, difficile d’en parler alors que nous ne les avons pas vus courir, étant tellement loin derrière. Mais c’est promis, nous nous inscrirons à une autre régate et nous ne lâcherons pas le peloton de tête, pour pouvoir vous raconter la course des gagnants. Merci aux organisateurs de la régate, et merci au bateau comité d’avoir eu la patience de nous attendre sans nous disqualifier.
Hervé Lefebvre et Michèle Landry sur Le Canote"

 

et un lien vers une vidéo prise par une bestiole au-dessus de vos têtes, qui vous a parait-il beaucoup intrigués

Merci à Guillaume Noblet pour cette superbe et inédite réalisation.

https://wetransfer.com/downloads/e3dad3ddca67f378baf1a19108e094fd20170715183754/1d4b2b7e218b9ad964764919e2cd08b520170715183754/3664b6