1886


Un millésime sans événement majeur, sans automobiles, sans avions, sans électricité… et pourtant, cette année là, sans doute fatigué de louvoyer sur la Seine à Chatou, un régatier en eau douce décide de se laisser porter par le courant, fait escale au Havre, longe les vaches noires et vient échouer son Daphné dans l’avant port de Ouistreham. Pour Georges-Auguste THIERRY, c’est le coup de foudre ! Conquis par la station balnéaire de Riva Bella, il achète une belle villa en bord de mer, installe sa famille pour les vacances et fonde avec quelques amis en 1892 un Club de voile…pardon un Yacht Club : la SRO (Société des régates de Ouistreham). Le club connait un grand succès auprès des « yachtmen » parisiens, amis de la famille Thierry.

Aristide Briand, Le Docteur Charcot, le mécène Armand Esders, Marcel Bar-diaux, Georges Simenon entre autres aimaient retrouver l’ambiance chaleu-reuse du Club House. La SRCO ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans l’admirable présidence du fils de Georges-Auguste, Georges-Paul durant près de 40 ans(1925-1961).

Une situation privilégiée.

Idéalement placé entre Le Havre et Cherbourg, Ouistreham à 2 heures 30 de paris est le seul port accessible à toute heure de la marée. Un plan d’eau ma-gnifique, bordé à l’est par les collines verdoyantes de la vallée d’Auge, les stations balnéaires mythiques de Deauville et Cabourg et à l’ouest par des plages infinies, coupées par le charme des petits ports de Courseulles et Grandcamp.
La SRO devenue au cours de la seconde guerre mondiale, SRCO (les activi-tés nautiques du club étant confinées aux bassins de commerce de Caen) surplombe aujourd’hui un bassin de plaisance en pleine nature de 650 places. Son programme de régates et de rallye croisières couvre la période de mai à décembre, mois où il fait encore bon naviguer.
Avec près de 100 membres, la SRCO est le grand club de la Baie de Seine. Riche d’un siècle de yachting à voile, il appartient d’ores et déjà au patri-moine du nautisme français.